juin 27, 2017avf@amisduvexinfrancais.frASSOCIATION DES AMIS DU VEXIN FRANÇAIS

BANTHELU

Home / / BANTHELU

95420, canton de Magny-en-Vexin

Altitude : 130 m.

Population : 200 hab. en 1790, 138 hab. en 1999, 143 en 2013.

Étymologie : du nom germanique Banthari et du latin lucus (bois).

 

Le village de Banthelu est construit dans une vallée au carrefour de deux routes.

Église : placée sous le vocable de saint Géréon, elle fut construite au XIe siècle, agrandie au XIIe et au XIIIe siècle, restaurée au XVe siècle, plus ou moins défigurée dans les siècles suivants, puis démolie par un bombardement en août 1944 (ruines visibles de la route et dans le cimetière, classées M. H.).

La nouvelle église fut construite en 1960 sur les plans de l’architecte Delaunay et dédiée au saint Curé d’Ars.

Elle se compose d’une seule nef avec abside en cul-de-four, et un vaste toit débordant forme un péristyle par lequel on pénètre dans l’église. Le clocher est construit à l’écart.

Sous le péristyle sont placées des statues de pierre mutilées : sainte Barbe (XVIe siècle) et un ange du XVIIIe siècle provenant de l’ancienne église; ainsi qu’un saint religieux (XVIe siècle) et un saint Jacques (XVe siècle) provenant de Cléry-en-Vexin.

Les sarcophages mérovingiens disposés sur le parvis ont été trouvés dans une vaste nécropole fouillée sur le coteau face à l’église. Le mobilier funéraire est exposé au musée de Guiry.

Vieilles maisons : sur la route qui rejoint la N. 14, à gauche dans le village, vieille ferme dite du château; sur la D. 175, en allant vers Wy-dit-Joli-Village, à gauche, «Manoir de Presles», ancienne ferme des Dames religieuses de Villarceaux (ne se visite pas).

Château : près de la N.14 se trouve le château de Plessis-le-Veneur auquel on accède par une belle allée d’arbres (ne se visite pas).

Ancien fief de la famille Le Veneur, le château actuel, maintes fois reconstruit, est sans grand caractère, à l’exception d’un beau colombier hexagonal. La ferme conserve encore quelques bâtiments anciens. C’est là que fut assassiné, le 8 novembre 1773, le chevalier de Favières, conseiller honoraire au parlement de Paris, par Louis Gilles, soldat chassé du régiment des Gardes françaises, et Nicolas Gilles son frère, tous deux natifs de Montjavoult. Ils furent condamnés à être rompus vifs sur un échafaud dressé sur la place de l’Etape à Magny par arrêt de la cour du parlement du 5 mai 1774.

Homme célèbre : Edme-Guillaume-François de Favières (1755-1837), littérateur, auteur dramatique et librettiste. Il écrivit des livrets pour Grétry, Boïeldieu, etc. Conseiller à la troisième chambre des enquêtes du parlement de Paris en 1775, il vit sa carrière dans la magistrature brisée par la Révolution. Le 4 juin 1792, il vint se réfugier à Banthelu. Longtemps maire de la commune, il écrivit dans un recueil de poésies paru en 1837 une pièce intitulée «Le Citoyen paisible» :

«Vingt-sept voix m’ont nommé.
Par tout un peuple élu.
Je suis tout simplement
le maire de Banthelu».

 

 

Articles similaires
    Contactez-nous

    Vous vous répondrons dans les meilleurs délais. Merci

    Ecrire votre recherche