décembre 12, 2017avf@amisduvexinfrancais.frASSOCIATION DES AMIS DU VEXIN FRANÇAIS

BOUCONVILLERS

Home / / BOUCONVILLERS

60240, canton de Chaumont-en-Vexin

Altitude : 98 m.

Population : 176 hab. en 1790, 362 hab. en 1999, 366 hab. en 2013.

Étymologie : Bucc villaris en 1080, du nom germanique Bucco et du bas latin villare (ferme).

 

La terre de Bouconvillers appartenait au XIe siècle à la famille de Maudétour; le cadet, Robert, prit le nom de cette terre comme étant celui de son fief.

Église (M. H.) :l’église de Bouconvillers, placée sous le vocable de saint Etienne, fut construite au XIIe siècle. Son clocher est formé d’une tour carrée avec fenêtres géminées, surmonté d’un étage octogonal avec ouvertures en plein cintre agrémentées de denticules, et coiffé d’une flèche de pierre à huit pans, haute de trente-sept mètres. La légende veut que ses pierres aient été rapportées d’Orient par les croisés. Son portail latéral en plein cintre orné de bâtons rompus est de la même époque. Le chevet fut construit au XIIIe siècle et l’ensemble de l’édifice fortement remanié au XVIe et au XIXe siècles. Ce fut alors que le chœur et ses deux chapelles latérales furent couverts de toitures en bâtière. Des restaurations maladroites exécutées en 1877-1878 ont fortement dégradé l’intérieur. L’église a conservé une cloche de 1556.

Prieuré : contigu à 1’église, ancien prieuré bénédictin de Saint-Michel, aujourd’hui converti en ferme. Il dépendait de l’abbaye du Bec-Hellouin qui nommait à la cure.

Calvaire : dans le cimetière, sur un socle élevé en 1882, croix de pierre portant la date de 1701.

Vieille maison : dans le village, ancienne maison commune avec porche de 1634.

Château : enfoui dans la verdure c’est une construction du XVIIe siècle en brique et pierre, avec un étage mansardé. Restauré et agrandi au siècle dernier, il a succédé au vieux manoir dont les ruines subsistent dans le parc (tracé par Le Nôtre).

Au XVIIIe siècle Pierre-Gilbert de Voisins, président au parlement de Paris en était propriétaire. Dans la chapelle, épitaphes des familles Lemoyne de Bellisle, des Courtils, d’Urre et de Béthune qui y résidèrent aux XVIIIe et XIXe siècles.

Écarts ; le Vivier-le-Comte, ancien moulin sur la Viosne, le Hameau.

Articles similaires
    Contactez-nous

    Vous vous répondrons dans les meilleurs délais. Merci

    Ecrire votre recherche